18 oct. 2019

Mon expérience de l’orthodontie adulte par gouttières type Invisalign [+ images avant-après]

Bonjour à tous,

Il y a plusieurs années maintenant, j’avais partagé avec vous mon expérience de la chirurgie de la myopie. Un article qui vous avait visiblement intéressé et qui continue aujourd’hui de générer pas mal de trafic. Je vous ai demandé sur Instagram il y a maintenant longtemps si vous souhaitiez que je partage avec vous mon traitement orthodontique par gouttière et c’était un oui unanime. Cette méthode semble en effet en plein essor depuis quelques années. Si j’ai mis autant de temps à vous écrire cet article, c’est d'une part pour avoir le recul nécessaire et le déroulé de toutes les étapes, mais aussi pour obtenir quelques images prises par mon orthodontiste durant toute la durée du traitement et qu'elle a gentiment accepté de me fournir à l'issue de celui-ci. Ce sera plus parlant pour vous ! Aujourd’hui, mon traitement s’est terminé le 1er octobre (c'est tout neuf !) et je pense donc que c’est le bon moment pour en parler. 

Radio pré-traitement - 2017
Je vais essayer d’être la plus claire et précise possible, mais je tiens néanmoins à préciser avant toute chose que je ne suis pas dentiste : tout ce que je vais dire fait référence à mon expérience personnelle et je ne dis pas qu’il en sera de même pour vous en termes de prix, de douleur, de prise en charge, de type de traitement proposé etc. De même ; n’étant pas du métier il est possible et même probable que je n’utilise pas les bons termes. On a par exemple utilisé des appareils sur mes dents que je ne sais nommer. Si vous êtes de la profession, ne vous offusquez pas et n’hésitez pas à corriger mes termes en commentaire, je m’instruirai par la même occasion :) Et si vous avez des questions et que je n’ai pas tout abordé, n’hésitez pas à me le dire je me ferai un plaisir de vous répondre si je le peux. J’ai procédé par « petits chapitres », j’espère que ce sera plus facilement lisible pour vous !

(Toutes les photos qui portent la signature du blog sont les miennes. Elles ont été prises par les professionnelles du cabinet dentaire. Je m'excuse donc de la luminosité changeante et certaines ne sont pas d'une qualité exemplaire. Les autres sont des photos trouvées sur internet pour lesquelles j'ai cité la source.) 

Pourquoi j’ai eu recours à l’orthodontie adulte ? Etat des lieux avant traitement

Pourquoi ai-je eu recours à l’orthodontie adulte ? Je pose le contexte : je n’ai jamais été appareillée étant plus jeune. A part mon opération des dents de sagesse où les 4 m’ont été enlevées d’un coup faute de place dans ma mâchoire pour pousser, je dois dire que niveau dentition, je n’ai jamais eu de soucis. Ma mâchoire maxillaire (en haut) me convenait parfaitement. Dents droites, alignées, très très légèrement avancées mais ça ne se voyait pas. Les dents de ma mâchoire mandibulaire en revanche (en bas) n’étaient pas tout à fait alignées mais rien de dramatique. Ma mère, mon dentiste et moi avions convenu à l’époque de ne rien faire.

Je pensais naïvement qu’une fois la croissance terminée et les dents définitives sorties, elles ne bougeaient plus tout, jamais (sauf si les dents de sagesse ne sont pas enlevées et qu’elles poussent toutes les autres en sortant). C’est totalement faux, ce que mon orthodontiste m’a confirmé. Les dents bougent tout au long de la vie, parfois de façon imperceptible, parfois de façon plus sévère. Dans mon cas, ce qui ne me gênait pas tellement au niveau de ma mâchoire mandibulaire est devenu problématique. J’avais les deux incisives du centre bien en avant, les latérales incluses et les canines avaient pivoté.  

Certains diront que ce n’est rien (dont certains proches) mais moi, je suis très coquette, et ça me complexait. C’est comme ça ! D’autant que j’ai toujours eu une bonne dentition, aucune carie ni aucun souci, donc cela me perturbait d’avoir ce point négatif qui n’était pas dû à une négligence quelconque de soins ou d’hygiène de ma part.


Les démarches que j’ai réalisées avant de contacter mon orthodontiste

J’ai mis quelques mois avant de prendre la décision d’entreprendre quelque chose. La peur d’avoir un traitement long, douloureux et surtout…visible ! Franchement à 25 ans (à l’époque), il était inenvisageable pour moi d’avoir une bouche d’adolescente. Je voulais une méthode discrète et j’ai cherché sur internet un dentiste qui pratique la méthode Invisalign dont j’avais déjà eu connaissance par le passé. La méthode Invsalign, pour celles et ceux qui l’ignorent est conçue pour corriger les problèmes d’alignement des dents par un système de gouttières amovibles créées sur mesure, à porter 22h sur 24h. Réputée discrète et efficace, même sur de gros encombrements, cela me paraissait être la meilleure méthode pour mon cas. Cependant, c’est une technique qui n’est pas idéale pour tous les cas, c’est le spécialiste qui jugera la méthode la mieux adaptée à votre souci.

Une fois trouvé cette fameuse orthodontiste, qui semblait avoir des avis très élogieux (c’est plutôt important la réputation !) je l’ai contactée afin de prendre rendez-vous. Elle m’a dit qu’il fallait d’abord que je contacte mon dentiste afin d’exclure tout problème et maladie notamment au niveau parodontal (ce qui concerne les gencives, les tissus qui soutiennent les dents). Car dans certains cas, l’orthodontie est proscrite à cause d’une inflammation, d’un œdème, d’une récession gingivale (quand le niveau de la gencive et de l’os baisse autour d’une ou plusieurs dents) ou d’autres choses encore que je ne maitrise pas et sur lesquelles je ne m’étendrais donc pas. Retenez simplement que votre parodonte doit être d’une qualité suffisante pour supporter la pression qu’exercera l’appareil (quel qu’il soit) sur vos dents. Ce premier bilan est donc indispensable !

Mon dentiste a donc vérifié l’état de ma dentition, de mes gencives, réalisé un détartrage et effectué une radio. Comme tous les voyants étaient au vert, j’ai pu passer à l’étape suivante. 

SOURCE PHOTO

Premier rendez-vous : état des lieux par l’orthodontiste
Enfin, le premier rendez-vous avec mon orthodontiste a eu lieu, le 06/11/2017. J’étais bien sûr un peu stressée, ne sachant pas trop à quoi m’attendre, et désireuse également que les démarches démarrent le plus vite possible. L’assistante est celle qui m’a reçue en premier. Elle était chargée de remplir quelques informations dans leur logiciel pour constituer mon dossier, et de prendre des photos de moi

- Mon visage de face (lèvres fermées, puis en souriant avec les dents) 
- Mon visage de profil (lèvres fermées)
- Mon visage au au trois quart (lèvres fermées aussi)
- Et enfin mon sourire d’un peu plus près, en souriant avec les dents, de profil (droite et gauche) et de face.

Soit 7 photos qu’elle a mises dans mon dossier informatique. Ensuite, elle a pris des photos de très près de ma dentition inférieure et supérieure (de face et de profil, vu du dessus ou du dessous), à l’aide d’un petit outil en plastique transparent que vous apercevrez sur les photos et qui permet de bien dégager les dents. Ce sont ces photos que je partage avec vous. 

Ensuite, j’ai été reçue par l’orthodontiste qui a déjà pris le temps d’écouter ma problématique, de regarder mes dents, les photos prises par son assistante et la radio effectuée, dé répondre à mes questions. Elle a été très douce et rassurante. Les photos de mon visage lui ont permis de constater qu’il n’y avait pas de déséquilibre, des dents trop avancées qui ne permettaient pas de bien fermer les lèvres par exemple comme cela peut être le cas pour certains. Elle m’a confirmé que mes dents méritaient un petit alignement, bien qu’il n’y ait rien de catastrophique, ni au niveau esthétique, ni mécanique (pour manger, fermer la machoire etc.).  Cependant, elle n’a pas pu encore me dire qu’elle technique nous pourrions utiliser (gouttière, appareil classique, lingual etc), chose qu’elle devait voir avec son prothésiste. Elle m’a donc donné un second rendez-vous pour prendre cette fois ci mes empreintes dentaires.

Second rendez-vous : empreintes dentaires & mesures

Les empreintes dentaires (photo de fin d’article) permettent d’obtenir une modélisation fidèle de la dentition et de l’occlusion, c’est-à-dire de la façon dont les dents de la mâchoire supérieure et de la mâchoire inférieure s’imbriquent ou au contraire se disjoignent. C’est indispensable pour créer ensuite votre appareil sur mesure.

Cela peut être fait soit avec une pâte d’alginate que le patient garde en bouche 1 ou 2 min (de la pâte à modeler pour vulgariser la chose), soit de façon numérique (la méthode qui a été utilisée pour moi) ce qui permet de transmettre la modélisation directement au laboratoire du prothésiste, ça limite les délais, les coûts et les erreurs. C’est tout simplement un petit appareil que l’assistante m’a passé sur les dents lentement pour obtenir des images sur l’ordinateur. Un peu comme une petite caméra ou un scanner numérique si vous préférez ! L’appareil ressemble à un thermomètre auriculaire j’ai trouvé^^ Rassurez-vous, c’est totalement indolore, mais juste un peu long car il faut passer sur toutes les faces des dents, mâchoires ouvertes et fermées, et sur le palais également. Il manque aussi parfois de petites zones que l’ordinateur n’a pas captées sur lesquelles il faut repasser pour avoir une image bien complète. 

Ensuite, elle a pris tout un tas de mesures de mes dents : l’espace entre ma mâchoire inférieure et supérieure quand elle est fermée, l’espace que je peux créer en décalant au maximum ma mâchoire supérieure et inférieure à droite, à gauche, l’espace disponible quand j’ouvre la bouche au maximum etc. Cela fait faire de sacrées grimaces^^.  

Voici l'appareil pour prendre les empreintes dentaires.
SOURCE
Quelques semaines après : Diagnostic, méthode proposée & prix

A l’issue de ce second rendez-vous et après envoi de mon dossier au prothésiste, quelques semaines plus tard (2 ou 3 je crois), j’ai reçu le devis avec la méthode qui pouvait être utilisée, le coût, la durée du traitement et diverses autres informations sur le déroulé.

J’étais contente car la méthode des gouttières a été retenue dans mon cas et jugée appropriée. Gros soulagement, je n’aurais pas de ferraille dans les dents ! Je précise que mon orthodontiste n’a pas utilisé Invisalign (pas la marque propre quoi), mais la même méthode avec des gouttières. Elle m’a expliqué que c’était la même chose, mais en moins cher car avec Invisalign, il faut payer la marque, un peu comme Dior ou Yves Saint Laurent, vous voyez le genre.

A la base, il était prévu 10 gouttières mandibulaires (je crois en avoir eu 12 au final) et  5 gouttières maxillaires. Sur ce point j’étais un peu désabusée je vous avoue, car ma dentition du haut ne m’a jamais posé souci. J’étais vraiment venue pour le bas, et c’est plus discret d’avoir une gouttière en bas qu’en haut, donc je n’étais pas ravie d’avoir à en porter mais bon, c’est comme ça, les deux mâchoires fonctionnent ensemble. 

La durée du traitement a été estimée, avec beaucoup de prudence, jusqu’en mars 2020. En réalité c’est juste à titre indicatif et cela sert plutôt pour le financement, qui doit être réalisé avant cette date. Car chaque patient est différent et réagit plus ou moins bien et surtout plus ou moins vite à la méthode employée (selon qu’il est assidu aussi !), le traitement peut être réduit, ou au contraire allongé. 

Pour le prix, le montant s’élevait à 1900 euros. Cela prend en compte la totalité du traitement, du début à la fin, tous les RDV, la casse éventuelle de l’appareil aussi. 400 euros ont dû être déboursés immédiatement, et on pouvait échelonner les paiements suivants exactement comme souhaité (montant et date), si bien que les paiements se sont déroulés durant 1 an et demi. C’est très cher, mais c’est moins cher que le prix des traitements Invisalign que j’ai pu voir ici et là. A noter que l’orthodontie adulte n’est pas prise en charge par l’assurance maladie dès lors que le patient a plus de 16 ans. En revanche, les premiers RDV, étapes préliminaires au traitement ont été pris en charge (dans mon cas, celui avec mon dentiste avec la radio et détartrage, et les deux premiers RDV « diagnostic » avec mon orthodontiste).   

 Si j’étais d’accord avec ces conditions, j’étais invitée à prendre mon 3ème RDV.

Post traitement 01.10.2019

Troisième rendez-vous : on entre dans le vif du sujet, pose des taquets, premières gouttières & consignes
Est arrivé le jour de début du traitement ! J’étais à la fois excitée et stressée, vous vous en doutez. D’autant que, je ne l’ai pas précisé, mais rester la bouche grande ouverte me fait vite très mal à cause d’un souci de mâchoire. Et j’ai dû rester pas mal dans cette position en l’occurrence durant ce troisième rendez-vous !

L’orthodontiste m’avait en effet expliqué qu’elle allait me placer des taquets (je crois qu’on les appelle attachements aussi)  sur la face externe des dents du bas. Ce sont de petits points de colle de la couleur des dents qui permettent d’améliorer l’efficacité des gouttières en facilitant la rotation et de manière plus globale les mouvements des dents. Ce n’est pas douloureux, ni voyant pour quelqu’un d’extérieur, par contre c’est assez perturbant ensuite de sentir contre ses joues qu’il y a de petits points. Mais je vous rassure, on s’y habitue très vite et une semaine après, c’est comme s’ils avaient toujours été là. J’ai d’ailleurs été assez fascinée par cette adaptabilité du corps durant ces quelques mois de traitement, je vous en reparle plus bas. 

A noter : peut-être que dans certains cas les taquets doivent aussi être placés sur les dents de devant, et dans ces cas-là, ce sera un peu visible. Car la gouttière par-dessus prend en compte ces petits reliefs, et cela fait comme des petites bulles. Dans mon cas, je n’en avais que sur mes dents du bas, sur le côté (5 par côté je crois). 

Ensuite, cela a été bref mais un peu désagréable, étant donné que j’ai peu de place dans ma mâchoire, elle a dû en créer un peu en me limant l’émail entre deux dents (c’est le meulage interproximal). Il me semble que c’était entre mon incisive et ma canine, de chaque côté. Ce n’est absolument pas douloureux, mais le bruit et la sensation sont désagréables. Elle ne me l’a fait qu’une seule fois, à ce RDV. 

Enfin, elle m’a posé mes premières gouttières, en haut et en bas, leur petit étui de protection, et m’a donné toutes les consignes qui sont finalement peu nombreuses.

- Porter les gouttières le plus possible, y compris la nuit. Les enlever seulement aux heures de repas. Il ne faut absolument pas manger avec au risque de les endommager. Pareil pour la boisson (sauf l’eau), il faut les enlever sinon il y a un risque de coloration. 
- Ne jamais croquer sur les gouttières pour les mettre en place; de la même façon cela peut les endommager et les déformer.
- Toujours laver les gouttières après les avoir portées, et laver ses dents avant de les mettre. Pour les gouttières, c’est comme pour les dents, il suffit de les frotter avec une brosse à dents et un peu de dentifrice.

Et c’est tout !

SOURCE PHOTO GAUCHE/ SOURCE PHOTO DROITE

Les rendez-vous de suivi  
Le suivi est assez strict et fréquent avec un tel traitement. Durant les 2 ans du traitement (je compte depuis le premier RDV en novembre 2017, mais la pose effective de la première gouttière est arrivée après), j’ai vu mon orthodontiste environ tous les 2 mois. J’ai dû garder chaque gouttière 1 mois, 1 mois et demi. Au début, elle me donnait gouttière après gouttière, pour, je pense, vérifier si je réagissais bien au traitement et à quelle vitesse mes dents s’adaptaient, et aussi pour vérifier si j’étais bien rigoureuse. Par la suite, plusieurs fois, voyant que cela se passait bien, elle m’a donné une gouttière d’avance à porter à partir d’une date annoncée, ce qui permettait d’espacer les RDV avec elle. Parfois, je repartais juste avec ma nouvelle gouttière sur les dents, mais pas de suivante, car elle n’était pas fabriquée par le prothésiste, ou parce que des empreintes dentaires étaient nécessaires la fois suivante. Ces RDV de routine étaient extrêmement rapide : vérification que la gouttière que j’ai porté durant le mois écoulé s’emboitait parfaitement sans forcer (signe que les dents sont prêtes à passer à la gouttière suivante et qu’elles ont bien pris le mouvement), pose de la gouttière suivante, et elle me donnait celles d’après (ou pas). Merci, au revoir. Parfois, on refaisait les empreintes, je crois qu’on a dû les faire 4 fois, ce qui permet au prothésiste d’ajuster les gouttières suivantes au jour le jour. 

C’est un peu la différence avec Invisalign aussi, où vous avez directement toutes vos gouttières du début à la fin du traitement, si je ne m’abuse. Mais cela ne tient pas en compte la singularité de chacun, la vitesse de mouvement des dents. Avec mon orthodontiste, en fonction des empreintes et donc des « progrès », le prothésiste adaptait parfaitement les gouttières suivantes. Tout s’est fait en douceur. Je précise que je travaille à temps complet, que mon orthodontiste ne consulte pas le samedi et que donc, j’avais des créneaux très restreints pour mes RDV. C’est pour cela aussi que mon traitement a duré longtemps. Parfois, selon mes disponibilités et les leurs, bien sûr, je prenais RDV 2, 3 semaines, 1 mois même après la date conseillée, parce que je ne pouvais pas faire autrement. 

Ce n’est pas grave en soit, mais je vous le dis car c’est je pense quelque chose qu’il faut prendre en compte avant de débuter un traitement ; si vous n’êtes pas beaucoup disponible, cela prendra forcément plus de temps. 

Mâchoire supérieure/ A gauche début du traitement, à droite résultat final (avec contention)

Mâchoire inférieure/ A gauche début du traitement, à droite résultat final (avec contention)

Est-ce vraiment invisible ? 
THE question. Et bien, non, pas complètement. C’est très discret, mais pas invisible, et je dois avouer que j’avais été un peu déçue de ça. En fait, c’est exactement comme sur les photos que vous pouvez observer ci-dessus. La matière plastique est un peu brillante, déjà, ce qui change de vos dents au naturel, elle est quand même assez épaisse et rigide, alors que je l’imaginais plus fine et souple, et surtout, il y a un petit espace vide sous (ou au-dessus, s’il s’agit des dents du bas) les dents. Je dirais que cela va dépendre de votre degré d’intimité avec les gens qui vous entourent. Mes collègues n’ont jamais remarqué. Ma famille plus proche, si. Dans tous les cas, c’est bien moins visible qu’un appareil dentaire « métallique » classique. Et puis, la différence, c’est que, si vous avez un RDV professionnel important ou autre, vous pouvez exceptionnellement les retirer si cela vous gêne que ça puisse être vu.

Est-ce contraignant ?

Pas vraiment. Disons qu’au début c’est de l’organisation, mais très vite, vous n’y pensez plus vraiment. Cela nécessite tout de même d’être assez assidu dans le port (si vous ne les portez pas suffisamment il n’y aura pas de progrès escomptés et vu le prix ce serait dommage) et aussi dans l’hygiène. Il faut les enlever avant le petit déjeuner, manger, nettoyer ses dents, son appareil, le remettre, puis rebelote le midi, et le soir (et même au goûter pour les gourmandes qui le font ahah). Si vous êtes en déplacement, à la fête foraine par exemple, et que vous comptez y manger un panini, il faudra bien prévoir un mouchoir pour enlever et protéger l’appareil le temps du repas. L’avantage, c’est que ça limite les grignotages ahah, enfin personnellement, j’avais parfois la flemme de devoir les enlever juste pour manger une part de gâteau.

Et la douleur alors ?

Elle est peu importante. Aucun RDV avec mon orthodontiste ne m’a provoqué de douleur. C’est parfois un peu impressionnant, voire désagréable, car certaines machines font du bruit, provoquent des vibrations dans la bouche etc. mais ça s’arrête là. Et entre chaque changement de gouttière, cela fait un peu mal, 2-3j, le temps que les dents s’habituent. Manger sur ces quelques jours fait donc un peu mal également, car on sent bien que les dents sont sensibilisées par ces gouttières qui les contraignent à faire un mouvement pas naturel. 

Résultats & contention post traitement, nécessaire ?

Dernières empreintes dentaires du 01/10/19
Mon traitement s’est terminé officiellement le 1 octobre de cette année. Je ne portais déjà plus les gouttières maxillaires depuis quelques mois, car souvenez-vous il y avait beaucoup moins de travail sur mes dents du haut. Elle m’a posé ma contention en haut avant l’été. Pour les personnes qui l’ignorent, la contention est un système destiné à maintenir les dents dans la position dans laquelle on les a mises. Quand on est adulte, lorsqu’il n’y a plus de croissance osseuse, les dents ne se stabilisent pas – ou très peu. La contention doit donc être permanente.

Avant de commencer mon traitement, je trouvais que la contention c’était vraiment le point noir. L’idée d’avoir un fil dentaire collé derrière la surface de mes dents A VIE, quelle plaie ! Mais, c’est nécessaire. Car sinon, tout le travail qui a été réalisé et l’argent investi s’envole petit à petit en fumée. Et oui, les dents bougent tout au long de la vie, je vous l’ai dit en début d’article. Donc, il faut consolider ces résultats

Aujourd’hui mon avis a changé au sujet de la contention. Ce qui me faisait peur au début, ne m’effraie plus du tout et je trouve même cela rassurant d’avoir ce fil, garant de ma jolie dentition. J’ai été gênée de sentir ce fil derrière mes dents durant quelques jours, notamment en bas (là où la langue bute…). Et maintenant, mon corps, ma langue, mon cerveau s’y sont habitués, comme c’était le cas pour les taquets. Et j’ai beau sourire, rire franchement, cela ne se remarque pas…

J’ai donc aujourd’hui un fil métallique, très fin, que vous apercevez sur les photos, en haut et en bas. Les taquets ont bien sûr été enlevés, j’ai retrouvé mes dents toutes lisses. Je suis très satisfaite des résultats obtenus, même s’ils ne sont pas parfait. En effet, l’orthodontiste m’a expliqué qu’elle faisait avec ce qu’elle avait (ma mâchoire) et que dans certains cas, la place est limitée. Mes canines ne sont donc pas parfaitement redressées, mais c’est minime. L’avant-après est tout de même saisissant. Si c'était à refaire ? Je le ferai sans hésiter !

Aviez-vous un appareil à l'adolescence ?
Aimeriez-vous avoir recours à l'orthodontie adulte ?

6 commentaires:

  1. Hello ! J'ai également fait de l'orthodontie adulte (à 30 ans !) mais j'avais beaucoup plus à bouger... donc j'ai eu les bagues. C'était pas facile et je souriais toujours bouche fermée ! Le point positif c'est que mon traitement a duré beaucoup moins longtemps que prévu. J'ai eu des gouttière pour le soir et je n'ai de contention qu'en bas, le haut n'a pas bougé du tout.
    Je suis contente de l'avoir fait même si avec le recul, mes dents n'étaient pas catastrophiques et que ça donnait même un charme à mon sourire cette petite imperfection (mais ça ne je le voyais pas plus jeune).
    Par contre j'ai commencé des cauchemars à propos des dents lorsque j'ai été appareillée et parfois ça revient encore, je rêve que je perds mes dents.... alors qu'avant de faire un traitement ortho je n'avais jamais fait ce genre de cauchemar. Comme quoi inconsciemment ça a dû me marquer.
    Tes dents du haut n'ont pas eu beaucoup de changement si ? J'ai l'impression qu'elles étaient déjà bien alignée à la base.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends, franchement la période appareillée n'est souvent pas facile à vivre alors à trente ans...c'est encore moins simple à assumer quand c'est visible.
      Quant au charme, oui, c'est quelque chose qui obnubile alors qu'au final c'est pas si catastrophique ! C'est mon cas, mais je ne finissais par voir que ça.
      Non, mes dents du haut étaient déjà bien droites, il y avait juste un détail à améliorer, c'est pour ça que je dis dans l'article que j'étais un peu décontenancée quand elle m'a annoncé que j'aurai des gouttières en haut, car moi à la base j'allais consulter juste pour le bas^^
      Bonne soirée

      Supprimer
  2. Coucou !
    Ce traitement m'a toujours fort intriguée ! Je trouve les résultats probants sur toi notamment les dents du bas ! En effet celles du haut étaient déjà bien alignées !
    En tout cas tu as un très joli sourire Claire :)
    Bisous bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle c'est adorable ! Oui les dents du haut ne me posaient pas de soucis, je suis contente des résultats en bas.
      Bisous

      Supprimer
  3. Coucou !
    J’ai fait de l’orthondontie plus jeune et j’avoue que ça m’a un peu traumatisé. Ça a été très long.
    On m’a posé l’appareil à 7 ans et je l’ai gardé jusque 17 ans.
    On m’a opéré des dents de sagesses et mes dents ont bougé un peu au niveau du bas.
    Je n’aime pas de trop mon sourire mais j’ai tellement de mauvais souvenirs de tout ça que je n’y toucherai plus ^^
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olala mais ouiiii de 7 à 17 ans ma pauvre c'est abusé...ça parait si jeune 7 ans en plus. Je comprends que tu ne veuilles plus remettre les pieds là dedans !
      Bisous

      Supprimer
Un petit mot ? J'y répondrai avec plaisir !